Les différentes solutions en compression médicale

De la lourdeur, des douleurs, des varices ou encore un œdème dans les jambes ? La compression élastique médicale est la solution que les médecins vous préconiseront. Quel niveau de pression exercer sur votre jambe et jusqu’à quelle hauteur à partir du pied, le niveau de la pathologie le déterminera.

La compression médicale

A ne pas confondre avec la contention veineuse qui consiste à exercer une pression non-élastique sur une jambe au repos, la compression médicale est cette technique qui consiste à exercer une pression élastique permanente sur le membre inférieur aussi bien à l’effort qu’au repos pour lutter contre une maladie veineuse et plus précisément pour améliorer le retour veineux et de manière générale, la circulation dans la jambe traitée. Par cette pression qui se fait de façon dégressive du bas vers le haut en effet, le réseau veineux est soumis à une contre-pression, ce qui normalise le retour veineux. Quel que soit le stade de la maladie veineuse, la compression est toujours bénéfique. La compression médicale peut n’être obligatoire que pour une seule jambe comme dans le cas d’une thrombose veineuse qui ne concerne qu’une jambe par exemple.

Les différentes solutions de compression

La solution de compression est généralement l’utilisation du bas, le bas étant ce qui est communément connu comme « bas à varice ». Il se trouve cependant que le bas se décline en 2 variantes principales, à savoir les chaussettes et les bas-cuisses ou collants. On peut dire alors qu’il y a deux solutions de compression médicale. Néanmoins, l’efficacité est la même que ce soit pour les chaussettes ou pour les collants. Selon une étude, l’efficacité compressive de la culotte des collants est en effet pratiquement nulle. Le patient choisira donc plutôt en fonction du confort que le bas lui procure.

Classes de compression et prudence

Le degré de compression est à définir par un médecin vasculaire ou un phlébologue car il dépend du niveau de la pathologie à soigner. Aussi les spécialistes ont-ils défini des « classes » de compression. De la plus faible à la plus forte, il y a les classes 1 (10 à 15 mmHg), 2 (15 à 50 mmHg), 3 (20 à 36 mmHg) et 4 (plus de 36 mmHg), mmHg étant l’unité de mesure de la pression et qui veut dire millimètres de mercure. Suivant le cas, les bas de compression sont à porter temporairement, à long terme ou à vie et c’est le spécialiste médical qui détermine la durée. Il faut éviter de faire de l’automédication en ce qui concerne la compression médicale.
Remède mécanique contre l’effet des maladies veineuses, la compression médicale doit faire l’objet d’une prescription car le niveau de compression est à déterminer et tous les bas de compression ne se valent pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *